Musée virtuel du Canada
 

L’usine et la communauté

Des personnes racontant des histoires à propos de la vie à Britannia Mines décrivent le puissant sens de la communauté qui leur donnait un sentiment de sécurité. On laissait les portes déverrouillées, les voisins s’entraidaient dans l’entretien des jardins et la surveillance des enfants et des animaux de compagnie.

Un travailleur debout sur l’usine à moitié construite
Un travailleur debout sur
l’usine à moitié construite
1922. BCMM# 13495

Pour la majeure partie de l’histoire de Britannia Mines, il y avait deux communautés pour les employés et leurs familles. Britannia Beach, où se trouvait l’usine, était la plus petite des deux et elle était située au niveau de la mer. En 1923, soixante-deux maisons et dortoirs abritaient environ huit cents résidents.

Le site du village était situé à 4,5 kilomètres sur le flanc de la montagne et lorsque l’usine no 3 a ouvert en 1923, il y avait une population d’environ 1100 habitants. Dans les années 1950, on lui donna le nom de Mount Sheer à la demande de Postes Canada qui voulait un vrai nom.

Même si les deux communautés étaient près, le voyage entre les deux était une véritable corvée et n’était pas fait fréquemment. Le voyage comptait trois longues étapes. Premièrement, il fallait monter un escalier non couvert de 347 marches. Deuxièmement, un funiculaire appelé le « skip » amenait les gens en haut de la montagne à un angle de 40 degrés. Le skip était une simple plateforme en bois non protégée des intempéries qui était habituellement pleine de provisions. Troisièmement, au sommet de la pente, les gens montaient dans un train électrique pour une randonnée de 5,5 kilomètres d’une durée deit trente minutes. Un des rares groupes à faire le voyage tous les jours était les élèves qui demeuraient à Britannia Beach et qui allaient à l’école secondaire au site de la ville.

Même si le skip semblait dangereux pour ceux qui l’utilisaient, il y a eu très peu d’accidents. Constance Munro, une des élèves du secondaire qui faisaient le voyage quotidien, raconte un des sérieux accidents:
"Le dernier jour d’école avant le congé de Pâques de 1939, nous avons terminé l’école un peu tôt. Étant excitées, nous avons décidé de marcher jusqu’à la maison et nous marchions sur la voie ferrée tout en racontant des histoires. Lorsque nous sommes arrivées à la remise des câbles, il y avait plusieurs mineurs rassemblés et l’atmosphère était fébrile. Un chariot à câble était à mi-chemin de sa descente lorsque le gros câble se brisa et envoya le chariot à toute vitesse vers le village. Le freineur avait réussi à sauter et il n’y avait pas de passagers. Le chariot s’est écrasé contre l’usine et démolit un bâtiment complet dans lequel il ne se trouvait heureusement personne. Bien entendu, nous étions tous ébahis par la nouvelle et nous avons couru presque tout le trajet vers le centre du village. Tout le monde était rassemblé au magasin de la compagnie et puis on nous a entouré et embrassé, car tout le monde croyait que nous étions à bord du chariot qui était maintenant un amas de métal tordu dans l’usine."
Il y avait également une rivalité amicale entre les deux communautés, principalement parce que Britannia Beach abritait les travailleurs de l’usine et le site du village, les mineurs. On jouait au baseball, en particulier, avec ferveur. Dans les années 1920, la rivalité a atteint un certain point culminant selon un récit:
"L’équipe de baseball de Britannia Beach se faisait écraser par l’équipe du site du village et les perdants commençaient à désespérer de pouvoir gagner seulement un match. Puis, le directeur général de la mine a eu une idée géniale. Il s’est rendu à Seattle et il a embauché un groupe de joueurs de baseball de l’Université de Washington et leur a donné du travail à l’usine. Le résultat du match suivant a été spectaculaire, du moins pour l’équipe de Britannia Beach.

Après tout, l’équipe du site du village ne pouvait pas dire qu’il y avait tricherie, car les nouveaux joueurs travaillaient à l’usine. C’était simplement un hasard s’ils étaient des joueurs de baseball.

Après leur deuxième défaite de suite, les joueurs du site du village en sont venus à la conclusion que le vent avait tourné et que les joueurs de l’usine allaient probablement gagner la saison. Copiant le geste du directeur de l’usine, le directeur de la mine se rendit à Vancouver et embaucha des mineurs qui s’adonnaient à être des joueurs de baseball. Au grand désarroi des partisans de l’équipe de Britannia Beach, leurs nouvelles idoles échouèrent. Il n’y a eu aucune fête à Britannia Beach ce soir-là. Tout comme les joueurs du site du village, ils ont dû retenir tout désir de se plaindre qu’il y avait eu tricherie. Il n’est pas important de relater qui a gagné, car il est parfois mieux de taire certaines choses."

Tiré de Britannia Story of a Mine.
La vie dans une ville de compagnie telle que Britannia Beach était unique. L’activité assourdissante de l’usine était un rappel constant de la persévérance de l’exploitation minière en tant que base économique de la province et du pays.

Célébration du 1er mai à Britannia Beach. v. 1930. BCMM: 984.79.26 Un travailleur debout sur l'usine à moitié construite. 1922. BCMM: 13489. L'usine en construction. 1922. BCMM: 13505. Une famille à Britannia Beach. v. 1930. BCMM: 11828. Visite du Très Honorable George Freeman Thomas, plus tard Freeman-Thomas, 1er Marquis de Willingdon, Gouverneur général du Canada, à Britannia Beach. v. 1929. BCMM: 12314. Un travailleur debout sur l'usine à moitié construite. 1922. BCMM: 13489.